Propriétaire d’un bien locatif : vous avez des dépenses? (suite)

Voici la suite de mon article de la semaine dernière.

house_money

En résumé, je vous informais qu’il existait deux types de dépenses liées à un bien locatif tel un immeuble, soient les dépenses courantes et les dépenses en capital. Les dépenses courantes sont celles engagées dans le but d’effectuer une réparation ou d’entretenir un immeuble et sont considérées ainsi si elles ne représentent pas un accroissement de la valeur normale du bien. Et seules ces dernières peuvent être déduites de vos revenus de location.

Et que dire maintenant des dépenses en capital? Celles-ci ont pour objectif d’acquérir un bien, d’y faire des ajouts et d’y apporter des améliorations qui ne sont pas des frais déductibles de vos revenus de location.

À titre d’exemple, on y retrouve les dépenses suivantes : le coût d’acquisition du bien locatif, les frais juridiques, les frais d’ingénierie, les droits de mutation, le prix d’achat ou de remplacement du matériel loué avec le bien (électroménagers dans un logement, par exemple) et les coûts reliés à l’ajout d’un foyer ou d’un garage.

Dans ces cas, les frais engagés augmentent le coût en capital du bien et donnent droit à la déduction relative à l’amortissement, mais elles ne peuvent être soustraites des revenus locatifs annuels.

Toutefois, il est possible de déduire certaines dépenses en capital lorsque vous calculez votre revenu de location de l’année dans laquelle les dépenses ont été engagées et payées, plutôt que de devoir les ajouter au coût en capital de l’immeuble. Ces dépenses ont trait à des rénovations ou à des transformations apportées au bâtiment.

Et surtout, conservez bien toutes les pièces justificatives de votre déclaration de revenus, car, bien que vous n’ayez pas à les joindre à votre déclaration, elles pourraient être exigées par les autorités fiscales afin de confirmer leur admissibilité à une déduction.

Je vous invite à visiter le site internet de Revenu Québec pour des renseignements plus détaillés et n’hésitez pas à consulter un professionnel en matière de fiscalité pour encore mieux vous éclairer.

Karine Marcotte, B.A.A.

Conseillère en sécurité financière

Les Services Financiers CAP Inc.

Représentante en épargne collective pour le compte de SFL Placements

kmarcotte@bellnet.ca

www.sfcap.ca