Courtiers de la semaine : Daniel Larivière

Entrevue avec notre courtier de la semaine.

Courtier de la semaine - Daniel Larivière-1

1. Depuis combien d’années êtes-vous courtier immobilier et pourquoi avoir choisi ce métier ?

J’ai travaillé pendant 20 ans dans le domaine immobilier, notamment comme vice-président d’une bannière. Après avoir animé tellement de sessions de formation à l’intention des courtiers, j’ai eu le goût de mettre en pratique les principes que j’enseignais. Il y a donc trois ans que j’exerce cette profession. J’avoue que le passage de la théorie à la pratique a été un peu complexe, mais c’était tellement intéressant de voir les choses sur le terrain. Aujourd’hui, ce que je fais est au-delà de mes attentes.

2. Quelle partie de votre travail trouvez-vous la plus stimulante ?

Il serait difficile pour moi d’identifier une facette en particulier. À mon avis, c’est un travail complet : nous touchons fortement à la publicité et au marketing, tout en ayant des contacts directs et fréquents avec les gens. Je trouve d’ailleurs la clientèle vraiment fantastique. J’ai tellement de respect pour ces gens qui me confient la réalisation du rêve de leur vie.

3. Sur quel territoire travaillez-vous particulièrement ?

J’ai choisi un type de propriétés plutôt qu’un territoire. Je suis spécialisé dans les bords d’eau, peu importe où ils sont situés, au Québec et également à l’international. J’ai quelques inscriptions dans les Caraïbes. Pour moi, les propriétés riveraines ont un cachet unique et apaisant. À la demande de mes clients, je peux bien sûr travailler aussi dans le domaine résidentiel ou commercial (golfs, vignobles, hôtels, etc.).

4. Comment voyez-vous le rôle du courtier immobilier, quelle est la valeur ajoutée pour un client de faire affaire avec un courtier ?

Pour un acheteur, la préoccupation principale est toujours de savoir si l’achat peut se faire en toute sécurité. Quand mes trois partenaires ou moi donnons notre parole, c’est que tout a été vérifié et contre-vérifié. Si nous vous proposons une propriété, c’est qu’elle répond à vos attentes et que vous ne serez pas déçu. Pour ce qui est du vendeur, il doit être assuré que sa propriété aura droit à une visibilité optimale parce que la première condition pour vendre est d’être vu. J’ai même une clientèle européenne à la recherche de petits coins de paradis au Québec. De plus, vous pouvez être certain que nous ferons une préqualification des acheteurs potentiels et que nous ne vous ferons pas perdre votre temps en amenant chez vous des acheteurs qui ne sont pas sérieux.

5. Comment établir un lien de confiance avec le client ?

La notoriété et la crédibilité d’un courtier permettent de bien prédisposer le client à la première rencontre. Il faut d’abord écouter ce dernier exprimer ses attentes avant même de lui présenter notre offre de services. Il faut en tout temps être rigoureusement honnête avec lui. Il faut que la parole soit toujours suivie des actes correspondant à notre engagement. Il est toujours mieux de ne pas répondre immédiatement à une question dont on ne connaît pas la réponse avec certitude plutôt que de dire n’importe quoi. Enfin, il est important que tout soit clair avec le client et qu’il se sente bien à l’aise de poser ses questions.

6. Quel élément important est le plus souvent négligé par les clients ?

Tous les acheteurs rêvent de trouver l’aubaine du siècle, alors ils ont parfois tendance à négliger l’aspect financier de la transaction. On peut éviter bien des frustrations en déterminant à l’avance le montant qui pourra être investi dans cet achat. Ensuite, c’est mon rôle de dénicher la perle rare. Pour ce qui est des vendeurs, ils s’imaginent trop souvent qu’ils peuvent tout faire tout seuls. Mais vendre une maison demande des compétences particulières si on veut éviter les mauvaises surprises.

7. Parlez-nous d’une transaction particulièrement inusitée réalisée au cours de votre carrière…

Étant spécialisé dans les propriétés situées au bord de l’eau, vous pouvez imaginer les petits joyaux que j’ai vendus au fil de ma carrière. Je pense particulièrement au Domaine de l’île Ronde à Saint-Sulpice, qui comprenait un château, un vignoble et une piste d’atterrissage, puisqu’il n’était pas accessible en voiture. Wow ! J’ai également été impliqué dans la mise en vente de la propriété du regretté Claude Léveillée, située à Saint-Benoît de Mirabel. Il est très émouvant de visiter ce lieu unique où a vécu le grand poète et chansonnier.

8. Autre chose que nous devrions savoir sur vous…

Il est important de redire que je travaille en équipe avec trois incroyables associés. Nous vous garantissons la plus forte visibilité au pays offerte par un courtier. Imaginez donc… À titre d’exemple, nous annonçons régulièrement sur la page arrière du cahier Maison Extra du Journal de Montréal, rejoignant ainsi des millions de lecteurs. De plus, nous offrons gratuitement un service de home staging à nos clients vendeurs.

Daniel Larivière

Groupe Sutton Action Inc.

Agence immobilière

454, rue Victoria

St-Lambert, Québec, J4P 2J4

Bur: 1 888 570-3850

Cell : 514 578-6829

dlariviere.sutton@hotmail.com

http://www.daniellariviere.com